Comment rater la sortie de ton album ?

Le 18 / 04 / 19

Tel un Padawans aguerri après des mois de répétition, des heures de location de studio et de séances de création, des clash Boobkariesques pour valider un seul mot d’un seul refrain, de trop nombreuses nuits blanches à composer l’instru qui fera de ce futur album un succès international, il est enfin là : ton nouvel Album, tes toutes nouvelles compositions sonnantes et trébuchantes.

Tu le sens, tu es prêt, c’est le moment de faire découvrir ton travail et de te pencher sur la stratégie de sortie d’album.

Si ton groupe est parvenu jusqu’à cette étape sans que vous vous soyez étripés, battus ou fâchés pour les 30 prochaines décennies, il se peut que vous parveniez à savourer bientôt le vrai succès que mérite le bébé qui vous a demandé tant de sacrifices, d’énergie et d’argent au cours cette longue gestation.  

Cependant, la route est encore longue. Et c’est là que tu dois redoubler d’efforts pour mener à bien cette étape importante.

Beaucoup de facteurs peuvent encore venir anéantir à tout jamais tes rêves de réussite.

Penchons-nous sur un florilège des meilleures manières de se tirer une balle dans le pied.

1 – Zéro ligne artistique 

via GIPHY

 

Pourquoi se pencher sur une direction artistique. Autant faire cohabiter dans ce futur album tous tes morceaux pêle-mêle. Ton morceau rock, ta vibe reggeaton, la version acoustique du morceau composé pour l’anniversaire de ton cousin y’a trois ans.

Rien ne vaut un bon pot pourri pour être sûr que personne ne comprenne ni ton style, ni ton univers, ni ta personnalité.

  • Solution : relis les conseils de L'Atelier de Cédric sur l’importance de la Direction artistique

2 - Aux oubliettes mixage et mastering, c’est so 2009 !

via GIPHY

Envoie tes meilleures maquettes directement à la société de pressage. Précise bien de ne surtout pas équilibrer les sons et de faire en sorte qu’on passe bien de -30db à -80db au sein d’un même morceau et ce, à plusieurs reprises au cours de l’écoute de l’album. Plaisir assuré aux oreilles des auditeurs.

Ah j'oubliais, envoie le même master pour le pressage vinyle et le pressage CD. Résultats garantis ;).

Si jamais tu oses quand même passer outre ces recommandations, je te conseille vivement de commander un mix et un master au rabais par des sites en ligne qui te le délivrent instantanément un peu comme le « pdf converter du mix ». Succès garanti.

  • Solution :
  1. 5 conseils pour réussir son mix audio
  2. Revois les basiques du mixage en prévision du pré-mastering

3 - Surtout ne protège pas tes œuvres… La SACEM, c’est surfait.

via GIPHY

Je préconise une bonne vieille enveloppe cachetée à la cire contenant une gravure de mauvaise facture que tu t’envoies à toi-même en lettre verte histoire de préserver le budget. Pourquoi faire confiance aux sociétés de gestion de droits quand on peut être certain de recevoir la rondelette somme de zéro centime et que n’importe qui pourra te piquer le beat de l’année…

Zappe la déclaration SDRM.  Ca coûte cher et ca ne sert à rien. Se retrouver bloqué au moment de lancer la fabrication de ton album (CD ou vinyle), ce n’est pas un gros problème. Tu pourras décaler la date sortie et la release party trop facilement. Easyyyyyyyyy !!

  • Solution :
    1. Inscris-toi et dépose tes œuvres à la SACEM. Ca devrait même être la première étape de ton rétroplanning… 
    2. Formulaire de demande d’autorisation SDRM

4 - Une pochette stylisée, harmonieuse et pro ? Trop ringard…

Ne porte aucun soin au design ni à la photo de la pochette CD. On accorde excessivement d’importance à l’image des groupes, oubliant trop souvent que ce bon vieux Wordart (ndlr : fonction de mise en forme de textes sur Word) est un sublime compagnon qui offre un rendu phénoménal instantanément.

Si tu penses en plus à sélectionner avec soin 9 polices différentes sur la même face, cela attirera l’œil et c’est sans nul doute une bien belle manière marquer les esprits.

Enfin, cerise sur le gâteau : organise un shooting photo de ton groupe dans ta salle de bain, sur des rails abandonnés ou encore sur un escalier. C’est top ça. Du jamais vu. Originalité assurée.

  • Solution :
    • Paye un graphiste pro ou utilise des outils comme adobe spark ou canva
    • Renseigne-toi avant sur nos gabarits de pochettes CD et autres packs (Jewel Box, Digipack, Digifile, etc.)

5 - Le rétroquoi ?

via GIPHY

Le rétroplanning, c’est l’ensemble de la stratégie et des actions à mettre en place dans les mois qui précèdent et suivent la sortie de ton album. Franchement, c’est totalement inutile.

Autant envoyer directement un lien vers l’album aux médias, radios et autres potentiels partenaires le jour même de la sortie. C’est la méthode la plus sûre pour que ton album se perde dans les tréfonds de la boîte mail pleine à craquer d’une journaliste des Inrocks.

Il serait bien dommage d’anticiper et de risquer de lui laisser le temps de rédiger un article ou une chronique qui s’insère dans sa ligne éditoriale.

  • Solution :

6 - D’ailleurs, ne fais pas de budget !

Claque tout dans une soirée de lancement bien bling bling ou la location d’une salle de concert beaucoup trop chère. Du coup, t’as plus un copec pour lancer ton pressage, fabriquer du merch, embaucher un.e attaché.e de presse, payer ta salle de répète pour préparer tes concerts.

7 - La date de sortie

via GIPHY

Le dernier point crucial que je souhaiterais aborder concerne le choix des dates de sorties.

Il faut bien reconnaître qu’il y a des moments dans l’année bien plus propices que d’autres pour cela. Noël et sa flopée de compiles de chants de l’avent, revisités par les plus grosses stars, le jour de la sortie du nouvel album de Beyoncé ou de Cardi B, ou encore le 14 août sont des moments parfaits pour sortir ton projet. Avec un peu de chance tu pourrais être aspiré dans le tourbillon de succès de ces mastodontes et rencontrer le même succès.

  • Solution : analyse et guette tout ce qui se passe dans le présent et dans l’avenir grâce à  Spotify for Artists qui te permet de décortiquer toute l’actualité du streaming

Si tu suis à lettre ces conseils, les portes du Billboard ou de MTV s’ouvriront alors peut-être à toi dans quelques années. En tout cas je te le souhaite. Et on te souhaite bon courage pour ton rétroplanning...

Ecrit par Amélie Arcamone
Manager, tour manager, chargée de production multi-facette et muti-casquette, Amélie Arcamone a créé ICU Live Music et est ce mouton à 5 pattes à la fois organisateur de voyage, babysitter, comptable, personnal shopper, confident et couteau-suisse qui accompagne les musiciens sur leur tournée.

2 commentaires

Autant l’étape SDRM est obligatoire, Autant l’inscription à la SACEM est totalement dispensable et ne remettra absolument pas en cause une sortie d’album. Il peut y avoir de bonnes raisons de s’inscrire à la SACEM mais ’les musiciens devraient quand même prendre le temps de peser le pour et le contre, et de choisir en pleine conscience si ils souhaitent céder leurs droits ou non à la SACEM.

mitch 25 avril 2019

Merci l’équipe, bien instructif et bon à savoir.

david dufraiche 25 avril 2019

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés