(Sur)vivre de la musique : Présentation de June Caravel

Le 04 / 04 / 19

Auto-production, groupe indé, artiste autoproduit, autant de mots derrière lesquels tu galères, tu rames à faire émerger ton projet musical. Mais dans l'effort, on atteint toujours quelques victoires, non ?!

On aurait beau te sortir des tas d'articles et de tutos sur "comment trouver un nom de groupe qui cartonne ?" ou "comment trouver des dates de concert ?" ou encore "comment vivre de la musique" avec notre science de vieux sage, c'est parfois l'expérience qui fait toute la différence...

On a alors interrogé pour toi un artiste, June Caravel, qui a quelques astuces et tactiques qui ont porté leur fruit. Et si toi aussi tu veux partager ton expérience et redonner un peu d'inspiration à nos lecteurs, c'est par ici : https://goo.gl/forms/kUH4n4Tj2Byz9dV42 !

----

Peux-tu décrire ton projet musical en quelques lignes ?

Je suis chanteuse et bassiste, mais aussi auteure (de chansons, romans et scénarios) et compositrice. J'ai commencé par faire un album soul-pop, puis un album a cappella puis un album mêlant rock'n'roll, blues et retro pop. J'ai aussi prêté ma voix et écrit des textes pour de nombreux projets electro (Bikini Rumble, Triptone, Red F.) et j'ai un duo de "minimalist melting pop" qui s'appelle Hypergryfs.

Mais je compte rester pour le moment dans une esthétique rétro pour mes prochains projets. J'ai d'ailleurs monté un nouveau collectif qui s'appelle "Let's Go Retro".

Sur scène, j'ai différentes formations. Je suis rarement en solo avec ma pédale de loop, mais ça m'arrive. Ce qui est le plus demandé, c'est le trio (chant/basse, guitare, batterie). Je me suis déjà produite en quartet et en quintet, mais c'est moins courant, et j'ai même une fois fait une reprise avec un Big Band. Ca c'est pour mon répertoire rock'n'roll.

June Caravel

Quand je joue mon album a capella, je suis seule avec ma pédale de loop sur scène. Et si on me demande de jouer mon 1er album soul-pop, là je suis derrière le piano, avec un guitariste, un bassiste et un batteur. Ou alors en piano-voix seule.

Qu’est-ce que ça veut dire pour toi “être une artiste autoproduite” ?

Ca veut dire déterminer le chemin soi-même sans que personne ne te dicte quoi faire. C'est à la fois une grande responsabilité et une grande liberté. Ca veut dire aussi garder 100% de ses droits.

Aujourd'hui, avec mon équipe, on avance car :

En live, je suis entourée, mais June Caravel c'est avant tout moi à la barre pour tout gérer. J'ai lâché mon travail fin septembre pour pouvoir consacrer la moitié de mon temps au démarchage et le reste au perfectionnement de mes instruments (piano, basse), à la gestion de projet et à la composition.

Direction artistique : peux-tu nous présenter ton projet en 1 image ?

Et en 3 influences musicales ?

Prends un peu d'Elvis, saupoudre avec un peu de John Lee Hooker et de Nancy Sinatra et tu obtiendras mon dernier album Boogie-Woogie Style.

Comment as-tu trouvé ton nom de groupe / ton nom de scène ?

Je suis née en juin donc June et Caravel symbolisent pour moi le voyage. Je voulais qu'on puisse comprendre le mot en français et en anglais, mais j'ai opté pour la version anglaise car j'ai plus tendance à chanter et écrire en anglais qu'en français. Mais ça pourrait bien changer prochainement...

Combien de dates de concert as-tu fait sur les 12 derniers mois ? Quelle est ta stratégie pour trouver des dates ?

J'ai fait 16 dates de concert sur les 12 derniers mois. On joue aussi bien dans des bars, des pubs, des péniches, des restaurants que des festivals : Cognac Blues Passions en 2018, le 10e Country Rock Festival Bikes & US Cars Show (FR) et le Gütersloher Sommer Groovin’ The Blues & Rockin’ The Boogie Woogie en Allemagne en 2019. On a fait le semi-marathon de Paris qui peut être considéré comme une animation...

La condition indiscutable, c'est qu'il faut que le concert soit déclaré.

J'ai un fichier de démarchage. Dès que j'ai une date de bookée, j'essaie d'organiser une tournée autour avec plus ou moins de succès. Cela me prend énormément de temps et j'essaie de trouver quelqu'un qui a déjà le réseau rock'n'roll et qui peut démarcher pour moi. 

Vends-tu du merch à la fin de tes concerts ou en ligne ?

Oui, les deux. A la fin des concerts et sur mon site que j'ai fait sur difymusic.com, ce qui m'a permis de créer une boutique en ligne en quelques clics. Pour le moment, je vends surtout après les concerts car j'ai créé ma boutique en ligne il y a peu de temps. ll m'arrivait de vendre des disques sur Paypal sur l'ancienne version de mon site ; il me fallait un meilleur outil.

Ton merch te rapporte-t-il des revenus et comment utilises-tu ces revenus ?

Ce sont surtout les CDs qui se vendent, plus que les boucles d'oreilles, cravates et bandeaux pour cheveux. Ce qui est quand même plutôt positif :) Je réinvestis, par exemple, ces revenus dans mes cours de piano en ce moment. 

Pour conclure, quels seraient les 3 conseils les plus importants qu'un jeune groupe auto-produit devrait garder en tête pour émerger / rester autonome / vivre de sa musique ?

  • Se faire une culture business, s'entourer des bonnes personnes et tant qu'on n'a pas le manager et le booker, le faire soi-même
  • Prendre les emails des fans à chaque concert pour rester en contact direct avec eux !
  • Utiliser le crowdfunding pour lancer un album et faire parler du projet.

Merci de nous avoir partagé ton expérience ! Et avant de nous quitter, quelles sont tes prochaines actus ?

On va descendre jouer pour la première fois dans le Sud au Tommy's Diner de Vaulx-en-Velin, le vendredi 12 avril. On sera au 10e Country Rock Festival Bikes & US Cars Show le 13 avril. J'ai encore d'autres dates de prévues qui sont toutes sur mon site.

Ecrit par | Propos recueillis par Marie Menini

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés