(Sur)vivre de la musique : Présentation de Maxime Raux

Le 07 / 03 / 19

Auto-production, groupe indé, artiste autoproduit, autant de mots derrière lesquels tu galères, tu rames à faire émerger ton projet musical. Mais dans l'effort, on atteint toujours quelques victoires, non ?!

On aurait beau te sortir des tas d'articles et de tutos sur "comment trouver un nom de groupe qui cartonne ?" ou "comment trouver des dates de concert ?" ou encore "comment vivre de la musique" avec notre science de vieux sage, c'est parfois l'expérience qui fait toute la différence...

On a alors interrogé pour toi un artiste, Maxime Raux, qui a quelques astuces et tactiques qui ont porté leur fruit. Et si toi aussi tu veux partager ton expérience et redonner un peu d'inspiration à nos lecteurs, c'est par ici : https://goo.gl/forms/kUH4n4Tj2Byz9dV42 !

----

Peux-tu décrire ton projet musical en quelques lignes ?

Hello Conflikt Arts, je m'appelle Maxime Raux et mon projet musical porte le même nom depuis 2017.

Je défends sur mes EP et albums une Pop-Electro française que j'écris sur les magnifiques plages de la Côte d'Opale dans le Pas de Calais. J'aime parler de mes expériences les plus positives, faire passer des messages sur l'adolescence, l'état d'esprit d'un jeune homme en 2019 !

Nous réalisons environ 60 concerts par an partout en France, où nous proposons nos compositions, en Showcase (guitare, drumpad, voix) ou en Electro Set (Launchpad, Ableton, Synthé, Drumpad, guitare, Voix).

Mon équipe :

Sur scène nous sommes deux personnes et pour nous, la musique c'est avant tout un métier, un projet de vie et bien entendu une passion. Je travaille avec Régis Guillot (Drum) et je tiens particulièrement à remercier notre équipe technique !

Pour mes différents titres, je m'entoure d'un Arrangeur : Kevin Bugajski de FizzMusic ! Nous explorons ensemble des sonorités électro que j'aime mélanger avec mon univers naturel pop et folk. Nous venons de terminer et de sortir notre Premier EP "Brune" que nous commercialisons en digital et en physique (disques et vinyles).

Mes projets à venir :

Nous travaillons actuellement sur un nouvel EP dans l'optique de le combiner avec Brune (mon 1er EP) pour former notre premier Album. C'est à ce moment là que nous nous entourerons (attaché de presse, mise en scène live...) pour aller chercher une éventuelle signature en label (licence) pour de la promo.

En parallèle, et à plus court terme, nous sommes en pleine tournée nationale (Berck/Mer, Dunkerque, Lisieux, Paris, Boulogne/Mer, etc.) et nous préparons activement une tournée événement de 25 Lives en Juillet et en Août !

Je n’ai pas toujours été musicien. Il y a encore 1 an, je conciliais ma musique avec un métier de responsable du développement commercial dans la communication. Mais après 2 ans à explorer et développer mon projet, j'ai choisi de me lancer pleinement dans cette démarche. Je n'ai pas eu de doute pour faire ce choix, car la musique s'est imposée comme étant mon revenu principal grâce à notre modèle économique.

Qu’est-ce que ca veut dire pour toi “être un artiste autoproduit” ?

Etre un artiste auto-produit, c'est avant tout être un artiste qui finance intégralement son projet ! 

Un artiste auto-produit, est un artiste qui est bien loin d'être seul, son entourage est juste différent du circuit traditionnel (label, éditeur, etc.)

Dans mon quotidien, je suis énormément soutenu. Nous travaillons en équipe dans nos locaux de 115m2 à Boulogne/Mer. Mon équipe est constituée de stagiaires, d'amis, de proches, et d’autres professionnels du centre d'affaires où nous sommes situés.

Un artiste auto-produit doit accepter d'être aidé, par sa famille, sa commune ou encore des dispositifs d'accompagnements comme l'Atelier de Cédric ou d'autres qui permettent de mieux comprendre les rouages de ce métier.

Un artiste auto-produit, c'est également un personne qui a beaucoup de talent, d'idée et de savoir-faire et qui a toujours envie de bien faire pour développer son projet !

Aujourd'hui, avec mon équipe, on avance car :

Aujourd'hui, on avance car on a réussi à vite construire un modèle économique viable et stable grâce notamment à l'intermittence que nous avons gagnée suite à des mois de construction de notre fichier client Live.

J'ai avant tout agi en chef d'entreprise, allant négocier des partenariats, prenant la route pour aller rencontrer les bookers, les patrons de casinos, les maires de chaque commune, m'insérant dans le paysage culturel local, allant à la rencontre de mon public, dans les lycées dans le cadre d'interventions avec la BGE et autres !

Nous additionnons à cela un Merchandising efficace et d’autres formes de financements (KissKissBankBank, Subventions publiques, Subventions SPEDIDAM, SACEM...)

Bien entendu, cette démarche nous demande énormément de temps et d'investissement, et nous oblige parfois à délaisser quelques jours la composition ou d'autres aspects artistiques du projet. Cependant, je suis assez persuadé que j'aurai du temps pour me concentrer uniquement sur cela une fois mon développement économique achevé.

Direction artistique : peux-tu nous présenter ton projet en 1 image, 1 phrase ou 3 influences musicales ?

Mes influences musicales : Julien Doré, The Chainsmokers, Eugenie (entre autres...)

Combien de dates de concert as-tu fait sur les 12 derniers mois ? Quelle est ta stratégie pour trouver des dates ?

Trouver des dates de concert est essentiel pour mon projet, car sa viabilité est soutenue par l'intermittence.

Sur les 12 derniers mois, nous avons réalisé 61 dates de concerts, avec des tarifs allant de 420 à 1350 euros selon les conditions (son, lumières, déplacement, etc.)

Pour trouver des dates, je recrute des stagiaires dans les différentes fac de gestion, de communication de ma région, dans le but de pouvoir réaliser ensemble un fichier de prospect de 500 à 600 clients potentiels pour la saison à venir. Puis nous appelons, pour obtenir l'adresse mail de la personne responsable du booking. Nous lui envoyons un court texte, avec un site web, une vidéo et un visuel.

Nous le relançons une semaine plus tard, pour lui demander un RDV.

Si nous avons une réponse favorable, nous allons le rencontrer avec une guitare et un petit cadeau issu de notre Merch, et nous allons lui présenter le projet et négocier un éventuel contrat de vente.

Nous sous-traitons ensuite la gestion des contrats et la paye d'intermittents à une association de portage salarial spécialisée dans la musique

Vends-tu du merch à la fin de tes concerts ou en ligne ?

Nous ne vendons pas de Merch en ligne, pour une raison assez simple, cela permet à mon public de repartir avec une expérience de rencontre avec l'artiste en achetant du Merch sur nos concerts. J'aimerai garder cette politique le plus longtemps possible.

Nous vendons actuellement sur notre stand de merch : des Sweats, EPs, Vinyles, Casquettes, Peluches, Cartes postales (super idée pour les dédicaces !) et bien entendu notre bière Blonde (75 cl), brassée par un artisan local, selon notre propre recette.

As-tu un produit en particulier que tes fans adorent ?

Bien entendu notre bière, nos EP et nos cartes postales !

Ton merch te rapporte-t-il des revenus et comment utilises-tu ces revenus ?

Nous vendons environ 3 000 euros de Merch par an, ce qui n'est pas encore énorme, mais cela nous permet en début d'année de financer l'enregistrement d'un nouvel EP, ou encore de choisir de nouveaux investissements, ou de prendre un stagiaire sur une période de 5 mois, etc.

Pour conclure, quels seraient les 3 conseils les plus importants qu'un jeune groupe auto-produit devrait garder en tête pour émerger / rester autonome / vivre de sa musique ?

  • Pour émerger : il n'y a pas de recette clef. D'ailleurs nous sommes encore dans une phase où nous travaillons sur la visibilité grand public du projet grâce à notre prochain album et à la promotion que nous préparons actuellement (attaché de presse, agence de com spécialisée, commerciaux pour les labels)
  • Rester autonome : si l'on souhaite rester autonome, il faut avant tout être passionné ! Monter une petite association ou une autre structure simple pour se représenter et facturer, t’entourer de ta famille, de tes amis…
  • Vivre de sa musique : jouer le plus possible en concert ! Ne jamais se dévaloriser : le travail d'un artiste à une vraie valeur. Et ne pas oublier les droits Sacem !

Merci de nous avoir partagé ton expérience ! Et avant de nous quitter, quelles sont tes prochaines actus ?

Je serai en concert à l'Antipode à Paris le vendredi 8 mars ! Venez nombreux !

Ecrit par - Propos recueillis par Marie Menini

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés