TEMPO / Formation courte pour Artistes entrepreneurs

Le 28 / 10 / 19

Nous avons parlé avec Cédric ( l'Atelier de Cédric ) pour parler de sa nouvelle formation TEMPO pour Artistes entrepreneurs.

Pouvez-vous nous présenter ce que vous faites?

Cela fait bientôt 10 ans que j'anime l'Atelier de Cédric, dispositif d'accompagnement pour les jeunes auteurs-compositeurs-interprètes qui souhaitent développer leur projet musical en rencontrant des professionnels de la musique ainsi que d'autres artistes en développement. Parallèlement à ces rencontres, qui se déroulent principalement au Studio Bleu, j'ai aussi développé le coaching individuel, la production exécutive, le management, l'édition et la production; et aujourd'hui, c'est avec la casquette de formateur que je viens vous voir !

Pouvez-vous nous en dire plus sur la formation TEMPO?

TEMPO, c'est un peu la "conséquence" de ces 10 années de rencontres avec plus de 1600 professionnels. J'avais envie de proposer une formule qui soit plus complète et encore plus pédagogique. D'une part, parce que les artistes n'ont pas toujours beaucoup de temps à accorder à la formation et, d'autre part, parce que je me suis rendu compte qu'il y avait un véritable besoin dans ce domaine. La plupart des jeunes artistes évoluent dans un milieu professionnel qu'ils connaissent assez mal au final. Et pratiquement dans 100% des cas, cette méconnaissance de l'écosystème entraîne pas mal de problèmes dans le développement de leur carrière. Pour faire simple, je dirais que, sans connaître les "règles du jeu", cela me parait vraiment difficile de développer un projet musical, surtout en 2019, avec le développement de certaines dérives (selon moi bien entendu...) comme la course effrénée au buzz et l'accumulation de contenus et de productions qui inondent chaque jour le web (principalement).


Que pensez-vous de l'industrie musicale actuelle?

C'est un peu compliqué d'avoir un avis tranché sur la question car c'est une industrie qui évolue presque chaque jour. Je dirais donc, de façon évidente, que c'est une industrie en pleine mutation, qui cherche encore son modèle "idéal" et surtout une façon de se stabiliser dans le temps. Le streaming, et le digital de façon plus large, ont entrainé des modifications structurelles profondes (et ce n'est pas uniquement le cas dans la musique d'ailleurs). Et les réactions des principaux acteurs ont parfois été lentes voire inadaptées face à ces changements. Je pense donc que c'est une industrie pleine d'avenir mais qui, en attendant, laisse de (trop) nombreuses personnes sur le bord de la route. Encore une fois, c'est le cas dans beaucoup de milieux, du fait d'une hyper "marchandisation" (pardon pour ce mot un peu laid mais c'est assez précis) de la société.

Pourquoi est-ce différent des autres formations?

Avant toute chose, je tiens à préciser que je n'ai rien inventé et que je ne suis pas là pour révolutionner le monde de la formation. Mais si vous me demandez une différence (car bien entendu, on recherche tous un angle original pour pouvoir se différencier), je dirais qu'elle vient tout d'abord dans le fait que TOUS les intervenants (sans exception) sont des professionnels en activité. Je ne dis pas que je propose la seule formation avec des professionnels en activité mais cela reste un critère essentiel pour moi; il est important que les artistes-stagiaires se retrouvent face à des professionnels qui, chaque jour, ont une application pratique, dans la réalité, de leur métier (ce qui est d'ailleurs aussi le cas dans le choix des intervenants que je reçois à l'Atelier). D'autre part, j'ai fait le choix de proposer une formation à la fois courte et intense, je préfère annoncer la couleur tout de suite. Je viens d'ailleurs tout juste de terminer la première session de 3 jours et je peux vous dire qu'il n'y a absolument aucun temps mort ! Les 6 intervenants (tourneur, éditeur, manager, producteur, promo, aides/subventions) prévus sur 3 jours ont même été rejoints par 2 intervenants supplémentaires : Matthieu Schneuwly de KissKissBankBank pour la partie crowdfunding et Basile Beaugendre de TuneCore pour la partie distribution digitale.



Notre communauté est composée de musiciens, labels, tourneurs et ingénieurs du son. Lesquels de ces derniers seront intéressés par votre formation?

Au tout début, et comme cela est mis en avant dans la présentation de la formation, j'aurais eu tendance à dire que cette formation s'adresse plutôt à des musiciens en quête d'indépendance, avec une volonté de se structurer de façon plus professionnelle; bref, une formation pour artistes entrepreneurs ! Mais avec le temps, et le recul de la dernière session, je me rends compte que cette présentation globale de l'éco-système peut aussi convenir à de (jeunes) managers, notamment pour les aider à mieux comprendre les règles et aborder de façon plus globale (et aussi plus professionnelle) le métier de manager (interface privilégié entre l'artiste et ses partenaires). Jeunes labels et jeunes tourneurs peuvent également y trouver de quoi enrichir leurs connaissances du milieu et (mieux) comprendre le mode de fonctionnement de chaque métier/interlocuteur.

Que pensez-vous de confliktarts?

Soyons honnêtes, cela fait bientôt un an que je propose des chroniques sur votre site, ce serait donc un peu difficile de vous juger non ? Trêve de plaisanterie, c'est une marque que je connaissais bien avant de monter mon Atelier et que j'ai toujours trouvé très pertinente par rapport aux artistes en développement (donc ceux que je rencontre majoritairement). Au-delà de l'aspect "marchand" (impression, merchandising, etc...), le blog est très accessible et soucieux de donner des infos précieuses (et gratuites) adaptées aux besoins des jeunes musiciens. Nous avons ce public en commun et c'est donc tout naturellement que je me suis rapproché de vous !


Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés