Les ventes privées à la rescousse de l’industrie musicale ?

Le 02 / 01 / 10

A l’heure où l’ancien destockeur devenu nabab du web se voit déjà en patron de label et découvreur de talents, on constate que le frisson du show bizz parcourt toujours autant l’échine des milliardaires que celle des midinettes...

Revenons en 2009. Dans le monde entier, les chiffres de la musique enregistrée sont catastrophiques. En France, on serait passé sous la barre du milliard d’euros pour tout le marché... A peine ce que génère aujourd’hui un site comme vente-privée.com à lui tout seul ! Les médias annoncent unanimement la fin du CD (hormis le mémorable «  CD n’est pas mort, il bande encore ! ») et l’offre légale balbutiante ne rassure personne... C’est l’Armageddon discographique !

Annoncée à grand renfort de promo web et, comme on est en droit de l’imaginer, avec la plus grande défiance de la part des dinosaures de la culture du phonogramme, l’association de la demoiselle qui chante le blues à celui qui porte la hampe haute (?) paraît alors improbable et vouée à l’échec.  Que nenni ! C’est sans compter sur l’incroyable sens du business de l’un et la forte côte de popularité de l’autre. 150 000 disques vendus en France dont 50 000 disques officiellement chez l’e-commerçant. On est loin du flop qu’anticipait la major... même si ramené au prorata des 7 millions d’abonnés de l’époque, on ne parle que d’une infime partie (0,7 %) de la clientèle du site. Ce que d’aucun appellerait une niche.

Mais le « trublion de la distribution » ne s’arrête pas là. Le vent en poupe (et flottant dans sa longue chevelure rebelle...), il enchaine les signatures d’artistes en mal de producteur et annonce des chiffres toujours très flatteurs. Chamfort, Charlelie, puis Jean Roch et Natasha St Pierre... Tous vendent des dizaines de milliers d’albums en un temps record. Il se paye même le luxe d’une sortie d’album de chansons françaises avec une légende vivante du rock’n roll. Son plus beau trophée mais pas le plus rentable, paraît-il.

Car voilà. N’est pas Branson qui veut (Richard, pas l’alter ego amérindien de Chuck Norris !). Même si on ne doute pas de la sincérité et de l’envie de bien faire du bonhomme, il ne suffit pas de se faire plaisir à aligner des grands noms plus ou moins vieillissants d’artistes à renommée variable pour tomber les cœurs et construire un label florissant. Après une collaboration inaboutie avec un batteur (trop) médiatique, on sent l’homme d’affaires reprendre le dessus et vouloir rentrer dans ses frais. Nouvel album de Lorie, disque web-liscité du mannequin Baptiste Giabiconi. Fini les expériences avec les monuments historiques, c’est l’avènement du préfabriqué ! Du jeune, du beau(f), du populaire, du « qui plait à la ménagère de moins de 50 », à l’image de sa large majorité de clientèle féminine... En bref, du rentable, quoi !

Et qu’adviendra-t-il des initiatives plus spécialisées, des projets novateurs et expérimentaux, des sonorités aussi rares que nécessaires dans un paysage audiophile moribond ? Quelle place pour cette scène indé-spensable ?

Comme un semblant de réponse, et en toute humilité, ConfliktArts souhaite participer à cette recherche de nouveaux canaux de distribution et exposer avec VPMusic les disques des artistes qu’on ne verra sans doute jamais chez Monsieur Grandjon...

Suite au succès retentissant de notre première expérience de vente-privée dédiée aux services ConfliktArts, nous continuons sur notre lancée en ouvrant désormais VPMusic à de nouveaux partenaires ! Ainsi, vous pourrez bientôt découvrir sur VPMusic :

Du 17 au 23 septembre : cours de blues avec iMusic-School

Du 24 au 30 septembre : Nouvel album d’Overhead « Death By Monkeys »

Et si vous êtes un professionnel du secteur musical et souhaitez nous proposer du contenu à mettre en avant sur la plate-forme VPMusic, contactez-nous ! De nombreuses formules sont à imaginer ensemble pour accompagner votre stratégie commerciale : lancements de catalogues exclusifs, sorties d’albums, pass concerts en avant-première, produits en séries limitées, etc..

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés