Les petites choses à vérifier afin de savoir si vous êtes un con de musicien... ou pas

Le 23 / 01 / 19

Ben oui, bonne question ça. A ce stade de la lecture de cet excellent ouvrage, on peut légitimement se demander si l’idée de faire de la musique, activité plutôt sympacool par excellence, fait forcément de vous quelqu’un d’intéressant ? Par opposition, on peut aussi s’interroger sur ce qui différencie un musicien sympathique, d’un relou, d’un mauvais, ou juste d’un gros con...

Après quelques années à naviguer dans le milieu, on peut relever quelques signes annonciateurs du fait que derrière ce chant ou ce riff de gratte, se cache... un connard.

Alors gare à ceux qui verront dans ces exemples des actes vécus.

Les petites choses à vérifier afin de savoir si vous êtes un con de musicien... ou pas

Ainsi, il y a de grandes chances que vous soyez un con (de musicien), si au moins trois de ces assertions vous caractérisent :

  • Lorsque vous jouez, vous êtes constamment à la recherche de gens « importants » avec qui vous allez pouvoir connecter.
  • Le seul moment où vous baissez le son de votre ampli c’est lorsqu’on vous le demande (plusieurs fois).
  • Vous ne parlez jamais aux autres groupes qui sont à l’affiche des soirées où vous jouez.
  • Vous vous êtes déjà pris la tête avec un pote en répète.
  • Des musiciens quittent régulièrement les groupes dans lesquels vous jouez.
  • Il n’y a jamais aucun groupe à votre goût dans le bled dans lequel vous vivez. En fait, souvent même, vous les trashez pour pas un rond.
  • Vous quittez les soirées où vous jouez juste après avoir fini votre concert, peu importe que d’autres jouent encore ou pas.
  • Vous jouez souvent plus longtemps que le set convenu avec l’organisateur.
  • Vous refusez à chaque fois de prêter le moindre élément de votre matos.
  • Vos conversations tournent à plus de 50% autour de vous et de votre musique.
  • Vous ne manquez jamais une occasion de ne pas témoigner de votre gratitude aux fans, potes, proches, qui vous aident depuis un moment.
  • Vous vous êtes déjà pris la tête avec un pote sur scène.
  • Vous n’avez jamais renvoyé l’ascenseur à un groupe d’un autre bled qui vous a proposé de faire sa première partie.
  • Vos messages sur le web tiennent plus du viol digital que du partage de musique et d’infos. Du type « like ma page ! », ou encore « vas-y like ma page j’te dis !!! ».
  • Vous coupez régulièrement la parole à vos potes sur scène entre les morceaux.
  • Les groupes qui jouent après vous sont régulièrement contraints d’attendre que vous bougiez enfin votre matos (et vos derches) de la scène.
  • Vous ne participez jamais à un concert de soutien. Bénévole. De manière désintéressée.
  • Vous ne payez jamais à temps vos interlocuteurs du type graphistes, ingés sons, voire musiciens.
  • Parfois même, vous ne les payez pas du tout (oups).
  • Parfois même, des fois, vous vous demandez sérieusement pourquoi ils ne vous parlent plus. Sérieusement.
  • Vous attendez toujours religieusement une réaction de fascination lorsque vous déclarez ostensiblement que vous êtes musicien. Un peu comme si vous étiez LE musicien.
  • Vous avez déjà recouvert plusieurs fois les affiches d’autres groupes avec celles de vos concerts.
  • Les seuls concerts où vous allez dans votre ville... ce sont les vôtres.
  • Vous n’avez jamais vraiment prêté attention sérieusement aux critiques, même celles venant de vos potes du groupe, ou des techniciens qui vous entourent.
  • Sans doute parce qu’au fond vous pensez que c’est eux, les gros cons.

    Alors on a beau être toujours le gros con d’un autre (oui, oui, même moi, et donc même toi !), si vous vous reconnaissez dans quelques-uns de ces points il va falloir sérieusement réfléchir à ce que vous souhaitez dans la vie. Car finalement comme dit le philosophe, il suffit d’être un petit peu plus cool pour être un petit peu moins con.

    Ecrire un commentaire

    Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés