Le service Multi-Démo expliqué par son développeur

Le 02 / 01 / 10

Clément est membre de l'équipe Conflikt Arts depuis 2009, et il est à l'origine, entre autres, du projet multi-démo de la rubrique de Mastering en ligne. Dans une volonté de transparence vis à vis des usagers, il a voulu en révéler un peu plus sur les dessous du service Multi-Démo.

Comment t'es venu l'idée de développer un projet tel que le Multi-Démo ?

Le fait de masteriser une version démo est proposé par de nombreux studios depuis l'avènement du mastering en ligne. En réalité, beaucoup de groupes indés pratiquaient le multi-démo avant même que je n'y aie songé : ils envoyaient un des morceaux de leur albums à plusieurs studios et jugeaient du plus apte à masteriser leur album, en fonction de comment sonnaient les démos.

...donc tu as décidé de centraliser tout ça ?

Oui, en commençant par sélectionner 4 studios professionnels dans différentes villes européennes, et en prenant soin de privilégier des ingé-son aux profils variés, susceptibles d'apporter une diversité dans leur sensibilité artistique, dans leurs propositions musicales. C'est pourquoi on retrouve aujourd'hui cette variété dans le panel de studios proposés dans la rubrique. Il a ensuite fallu convaincre tout ce beau monde !

A ce propos, comment les studios ont-ils accueilli le projet ?

Dans l'ensemble favorablement, mais il a fallu dissiper certaines craintes. En effet, comme dans tous les secteurs la concurrence est rude sur le terrain, certains studios ont une démarche peu professionnelle, et proposent des services à des prix attractifs en n'ayant ni le matériel adéquat ni l'expérience du mastering. Pour cette raison, entre autres, le prix du mastering a chuté considérablement au cours de la dernière décennie. Nous avons donc établi, de concours avec les 4 studios, une sorte de « charte de juste concurrence » qui, dans les grandes lignes, garantit le maintien d'un prix honnête et fixe pour le même service (60 € le titre), rémunère le temps passé à réaliser les démos sans répercussion sur le prix de vente, mais donne aussi accès à des statistiques entre les studios (taux de transformation, écoute du travail des partenaires, etc...)

Les studios informés et protégés ... quid des clients ?

Les clients sont bien lotis, le critère de base étant de conserver la gratuité du service. Nous n'avons jusqu'ici eu que d'excellents retours. Ceci dit, nous n'avions pas encore réellement communiqué autour du service, afin de permettre les ajustements nécessaires à son bon fonctionnement. Tout est désormais huilé et j'invite les lecteurs de cet article à le partager et à essayer le service, je répondrai personnellement à toute requête.

Et Conflikt Arts dans tout ça ?

Pour la gestion des commandes, le service client et la visibilité sur son site, Conflikt Arts prend 5€ par titre analogique, soit moins de 10% de commission. C'est un choix délibéré car notre fond de commerce est avant tout le service, et nous savons pertinemment qu'augmenter nos marges revient à saigner les artisans que sont les studios de mastering. Nous privilégions d'avantage un positionnement sur la marché au travers de services innovants, équitables et justes que par une course au prix qui n'aura d'autre effet que de tirer la qualité des dits service vers le bas, à moyen terme. La bonne image que Conflikt Arts a su se faire dans le secteur est toujours passée par là, et ce depuis 2006.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés