Dix façons de se faire remarquer avec une pochette d’album incroyable...ou le meilleur du pire du visuel des groupes de musique

Le 08 / 02 / 16

"En cas de nausée, munissez-vous d'un petit sac..."

Au rayon des passages obligés lorsqu’on est un musicien et qu’on ne flippe pas trop à l’idée de vouloir conquérir le fabuleux monde des musiques dites actuelles, on trouve la préparation d’une pochette d’album qui claque. Comme toute étape qui marque une réelle identité de votre projet, elle n’est surtout pas à négliger. Pour cela, certains joueront la carte de la provoc (n’roll – élu meilleur jeu de mot de l'année 1976), d’autres iront dans le perso, l’ésotérique, la photo qui tâche, le portrait qui dérange, etc. Pour vous inspirer un peu, on vous a compilé quelques exemples fantastiques divisés en cinq grandes catégories que vous n’oublierez pas de sitôt (même si pour certains vous aurez extrêmement envie de ne jamais les avoir vus). Finalement c’est un peu comme fredonner « Because I'm happyyyyy » et prétendre ne pas vouloir vous incruster un morceau relou dans la tête de quelqu'un pour le reste de la journée. Voilà. Au moins ça c’est fait.



1- Les folies sur Photoshop, où quand il valait mieux faire un brief précis au graphiste (ou lui retirer ses drogues synthétiques)


>> Europe - the Final Countdown

 

Attention ça picote fort fort...



>> Gerhard Polt

 

Ou la création graphique au service de la classe visuelle...

 

 

>> Yanni - Keys to imagination

 

New Age vomitif

 



>> Kenny Loggins - Keep the Fire

 

Quelqu'un a des nouvelles de Kenny sinon ? Récentes un peu... nan ?

 


>> Queen / The Miracle

 

Queen faisait régulièrement des miracles musicaux, peut-être un peu moins graphiques...

 


>> Cher - Take Me Home

 

Cher a toujours eu un temps d’avance…dans le mauvais goût.
 


>> Kiell Kraghe

 

La vision grapique du grand large, du génie chez ce brave Kjell...

 



2- Les portraits, où quand il n’y a rien de mieux que des tronches dans un cadre sympathique
 


>> DJK-Tel, Holiday Memories

 

Allez on me regarde et on dit : "Dégueuliiiiiiiiiiiii !". Voilà parfait.



>> The Reflections, This is Our Faith

 

Pour pondre un truc pareil il faut effectivement avoir la foi...



>> Country  Church

 

Gloundal, Dereck, Bryan-Kevin, et Barbarella, merci Country Church !

 


>> Fabio after dark

 

Fabio a aussi eu une carrière éclair dans le cinéma pornographique, et a remplacé à deux reprises Lorenzo Lamas dans des épisodes du "Rebel"...

 


>> Herbie Mann - Push Push

 

Herbie, où le mec qui push push le bouchon un peu loin...

 


>> Nils Eriks – Pinkalbum

 

Une certaine homogénéité dans le charisme facial...

 


>> I am going home

 

Je vais à la maison, et je te conseillerais de ne plus jamais en sortir...

 



>> Mica Ostojic

 

Monsieur-dame bonjour !

 


>> Joyce

 

A l'époque Joyce était aussi mannequin pour lunettes...

 



>> Lionel Blair

 

D'ou l'expression "fais pas ton gros blair" ou pas ?



3- Les inspirations qui font super flipper, même quand on est majeur.
 


>> David & Rhonda Bea, Something Happened to Daddy

 

Moi je pense que ce qui est arrivé à Daddy c'est qu'il a fini en tôle...

 


>> Tiny Tim / Tiny Tim's Christmas Album

 

Alors tu le veux toujours ton cadeau bichon ?

 


>> Twisted Sister – Stay Hungry

 

Oui, c'est bien une cuisse de clown crue que ce monsieur est en train de manger.

 


>> Handless Organist

 

Un miracle de Dieu, vous êtes vraiment sûrs ??

 


>> W.A.S.P. – Animal (F**k Like Beast)

 

Plutôt pratique en boite...

 


>> Liebe Mutter
 

 

Chère maman, s'il te plait, arrête de me regarder. Pour toujours...


 


4- Le mauvais goût vraiment super assumé
 

 


>> Boned - Up at the crack

 

C'est pas ceux qui ont les plus gros manches qui en jouent le mieux...

 


>> Brooke Hogan - The Redemption

Très certainement un fan de Cher

 


>> Millie Jackson, Back to the S..t (RCA, 1989)

 

 

Sacrée Millie, toujours le mot pour rire...
 
 

 


5- La nudité, ça au moins on est sûr que ça marche vraiment toujours
 


>> Orleans / Waking and Dreaming

 

Hahaha, il fait un peu chaud, là nan ?

 


 >> Quim Barreiros

 

Allez, demain j'enlève une touche

 


>> Manowar

 

L'anthologie du bon goût ouais !

 


>> Kevin Rowland

 

Alalah Kevin, je crois que t'es vraiment mon petit préféré du classement !

 


>> Romantica

 

Une belle définition du réconfort



>> My pussy belongs to my daddy

 

A papa, vraiment ?

 


>> The Handsome Beats

 

Pour finir, quoi de mieux que la beauté au naturel ? Tout simplement...

On avait dit quoi au début de l'article ? Ah oui, « Because I'm happyyyyy »....

 

Votre pochette d'album est largement pire ? Vous êtes jaloux de ne pas faire partie de cette liste ? Calmez-vous et contactez nous en commentaire de l'article ci-dessous, directement sur le blog, ou en questionnant l'auteur par là

 

L'auteur : Cousin Cool se situerait dans la carrière musicale entre Père Castor, Cousin Machin et Daddy Cool. 30 ans qu’il traîne sa carcasse barbue dans les salles et les studios en tant que bassiste, ingénieur du son et régisseur. Du nord au sud de l’Europe, de l’est à l’ouest de l’Amérique, Cousin Cool a bossé avec les plus grandes divas comme avec les pires crasseux. Dans la famille Cool, il n’a jamais été père ou a refusé de le(s) reconnaître. Mais chez les Cool, on est dans le son de la tête au pied, de père en fils depuis une génération, et peu importe si celui de Cousin l’a abandonné à la naissance. De cela comme de tout sauf du son, Cousin se fout complètement et on le lui rend bien.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés