Cinq trucs essentiels qu’un musicien devrait absolumment faire tous les jours

Le 04 / 01 / 16

"Si c'est pour nous soûler avec le truc de manger 5 fruits et légumes par jour nan merci !"

Tout dépend de ce qu’on entend par musicien bien entendu. Nous parlons ici de la personne qui pratique un instrument, à un groupe et souhaite le voir se développer le plus loin et haut possible. Afin de s’en donner les moyens, il y a un peu mieux à faire que de regarder des vidéos de ses idoles sur Youtube, quoique ça puisse aussi donner de l’inspiration. Voici notre liste de bonnes résolutions, puisque ce sera bientôt la période.


>> JOUER
Eeeeet oui. Comment ça « Ah ben merci ! ». Mais non. Mais pas jouer genre en mettant votre casque sur les oreilles avec le dernier album que vous écoutez en boucle et en faisant du playback devant le miroir, nananan… Jouer, faire ses gammes quoi comme on dit. Ce n’est parce que vous sentez les frémissements du succès vous monter au melon, qu’il faut du même coup considérer votre instrument comme un vague accessoire de mode. Dépoussiérez vos méthodes, travaillez vos mises en place, enregistrez-vous et écoutez-vous dans la foulée, et gardez en tête que comme dit le sage : mieux vaut 5 minutes par jour qu’une heure par semaine.

Le secret : Nous avons tous des vies trop remplies, débordantes de trucs qu’on n’arrive pas à faire. Donc pour être sûr de faire passer avant beaucoup de choses cette pratique nécessaire, commencez-par ça. Avancez votre réveil d’un quart d’heurt le matin, buvez-vous un bon café, et allez-y. Jouez dix minutes, au calme, en captant à plein les capacités de concentration qu’offre le petit matin. Si vous le faites le soir vous allez BLOG06 le zapper trois fois sur quatre. Essayez. Un mois. Révolution garantie.  


 

Ou alors vous apprenez à faire deux choses en même temps...

 


>> ECOUTEZ DU SON À PLEIN TEMPS
On peut écouter de la musique pendant toute une journée et n’en rien retenir d’autre qu’un divertissement léger et agréable. Prenez l’habitude de vous consacrer des plages d’analyses critiques des sons qui vous font vibrer. Qu’il s’agisse de la dernière sortie de vos potes ou de cet album que vous connaissez par cœur, habituez vous à ces moments ou vous ne faites rien d’autre qu’écouter attentivement, pour prendre conscience des constructions, des énergies qui se dégagent des morceaux.

Le secret : je trouve qu’il n’y a rien de mieux que le dimanche matin pour ça. S’écouter un album en entier, et ne rien faire que ça, alors qu’on a l’impression que le reste du monde est assoupi, et que tout le monde écoute plus ou moins avec nous.

 

"Attends baisse un peu je suis en train de perdre mon froc... QUOIIII ?!?!?!? NAN, JE DIS....oh pis merde.."

 


>> SURVEILLEZ VOS EMAILS
Nous ne sommes pas tous pendus à nos téléphones et ordinateurs pour répondre aux messages qui concernent notre musique en quelques minutes. J’en connais d’ailleurs un paquet, légèrement autistes sur les bords, qui sont capables de plonger tellement profondément et longuement dans leur musique, qu’ils ne semblent en ressortir que quelques fois par mois et soupirent avant même de consulter la liste de messages non lus qui s’accumulent. Les réputations sont rapides et faire et complexes à défaire dans ce métier, donc mieux vaut répondre brièvement et rapidement, que de laisser passer des opportunités.

Le secret : encore une fois, si vous ne vous contraignez pas à y passer quelques minutes chaque jour vous pourriez bien le regretter, même si l’avantage des actes manqués c’est qu’on sait rarement ce qu’on rate.

 

 

Paré pour aller bosser


 

>> METTRE LE NEZ DANS LE BUSINESS

Quel que soit votre degré d’avancement dans la carrière, et a fortiori si vous débutez, vous feriez bien de suivre un peu les choix qui sont faits autour de vos agissements. Qu’il s’agisse d’option graphique ou évidemment artistiques, à un autre niveau de choix de photos ou de synchro de votre son pour telle pub ou tel film, c’est toujours bon de savoir au moins ce qui se passe, voire de prendre part au choix. Je ne dis pas ici que vous êtes les seuls maitres à bord, un manager ou un vulgaire membre de votre groupe aura sa voix au chapitre si vous un tant soi peu conciliant et ouvert d’esprit, mais les musiciens les plus intéressants avec lesquels j’ai bossé n’étaient pas seulement capables de faire de la (très) bonne musique, ils étaient aussi intéressés à l’idée de suivre la plupart des étapes de développement de leurs carrières, et souvent d’émettre un avis pertinent sur les choix effectués par le label ou le tourneur par exemple. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’un serial musicien entrepreneur, c’est comme beaucoup de choses, ça s’apprend.
 

Le secret : si vous vous dites trop souvent que vous regrettez telle ou telle décision en rapport à votre vie de musicien, c’est sûrement que vous ne prenez pas assez part ça celle-ci. Ce n’est pas une raison pour devenir un dictateur de votre carrière, mais suffisamment pour prendre part aux décisions collégiales.

 

 


>> POUR FAIRE DE GRANDES CHOSES, COMMENCEZ PAR EN FAIRE DES PETITES
Cessez donc de vous endormir en rêvant de disques d’or, de selfies avec des fans, de p. et de c., commencez par lister ce qui vous aiderait avancer d’un grand pas, et agissez sur un ou deux leviers raisonnables par jour, histoire d’arriver à vos fins…un jour. L’ambition c’est bien, mais encore une fois mieux vaut cinq petits achèvements par semaine que zéro par an.
 

Le secret : n’hésitez pas à organiser de vraies réunions avec vos potes et membres du groupe (en dehors des heures de répèt et d’apéro si possible), afin de coucher sur une belle to do list pleine de post-it et de ratures toutes ces actions et vous les répartir. L’idée n’est pas de transformer votre groupe en une machine bureaucratique rigide, mais de mettre en place les moyens pragmatiques et ambitieux d’avancer au mieux.

 

Une grande chose. Trop grande...

 

 

Vous ne savez pas ce que c’est qu’une to do list ? Vous êtes déjà quelqu’un de bien trop occupé au quotidien pour faire des listes ? Listez-nous donc vos remarques en commentaires de l'article ci-dessous, en nous contactant sur le blog par ici, ou en questionnant directement l'auteur par là.  

 

 

L'auteur : Cousin Cool se situerait dans la carrière musicale entre Père Castor, Cousin Machin et Daddy Cool. 30 ans qu’il traîne sa carcasse barbue dans les salles et les studios en tant que bassiste, ingénieur du son et régisseur. Du nord au sud de l’Europe, de l’est à l’ouest de l’Amérique, Cousin Cool a bossé avec les plus grandes divas comme avec les pires crasseux. Dans la famille Cool, il n’a jamais été père ou a refusé de le(s) reconnaître. Mais chez les Cool, on est dans le son de la tête au pied, de père en fils depuis une génération, et peu importe si celui de Cousin l’a abandonné à la naissance. De cela comme de tout sauf du son, Cousin se fout complètement et on le lui rend bien.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés