Les pires ennemis de votre fête de la musique

Le 23 / 01 / 19

Depuis plus de 30 ans, des milliers de musiciens envahissent les rues de l’hexagone le 21 juin pour offrir des concerts gratuits à un public curieux. Comme cette aventure est du genre périlleux en tant que groupe et que si vous n’êtes pas encore passés par là (chanceux) ça devrait arriver bien assez tôt, nous avons identifié pour vous les pires affres que vous pourrez connaître si vous décidez, vous aussi, de poser votre matos sur le pavé de votre ville lors de cet événement.

fête de la musique du groupe autoproduit

1 - La pluie

Comme toute organisation de plein air qui se respecte, votre concert de la Fête de la Musique sera forcément menacé à un moment ou à un autre par l’œil sournois des nuages gris qui pointeront au dessus de votre ville le jour-même. La pluie d’été sera l’un de vos pires ennemis en ce jour de juin, car en plus de décourager les quelques badauds qui auraient pu laisser traîner une oreille distraite sur votre musique, elle ruinera joyeusement tout votre matos en déversant des litres d’eau sur les petits circuits électriques de votre nouvelle tête d’ampli. Youpi ! Et si jamais vous échappez à la pluie, n’oubliez pas qu’avec le réchauffement climatique -y-a- plus-d-saison-ma-pauv-dame-, vous ne serez pas forcément à l’abri d’une tempête de neige ou d’une averse de grenouilles.

SOLUTION | Il n’y a aucune parade à la pluie. Et même   si vous êtes prévoyants, vous serez piégés car la loi de Murphy veut que « lors d’une fête de la musique, le groupe ayant choisi de jouer à l’intérieur d’un bar pour éviter les risques de la pluie subira une canicule inversement proportionnelle à l’absence de ventilation dudit bar. »

2 - Le patron de bar con

A moins que vous ne soyez parfaitement autonomes, vous devrez trouver un patron de bar conciliant qui vous autorisera à vous installer au milieu de sa terrasse tout en pompant joyeusement son électricité avec vos 13 amplis.

En passant, essayez de trouver un bar à l’avance, sinon vous aurez l’air fin avec vos 13 amplis sur le dos le jour même.

Bref, une fois que vous aurez installé votre matos, sachez que vous ne serez pas à l’abri d’un patron de bar un peu rustre qui pourra, s’il n’aime pas la saveur subtile de votre Grind-Crust ou tout simplement votre tête à claque de minet, vous faire payer toutes vos consommations, vous couper le courant en accusant l’impédance de votre double- corps, ou tout simplement vous dire de dégager au bout de vingt minutes de concert.

SOLUTION | Discutez avec le patron du bar avant de venir poser votre matos et faites-lui bien comprendre que vous jouez vite, fort et que pendant vos concerts, vous invoquez Satan en vomissant du sang. S’il est toujours partant, c’est bizarre, mais c’est parfait.

« Ouais man, j’peux te dire qu’on va bien lui faire sa fête à la musique... »

3 - Le groupe électrogène

Pour éviter d’avoir à faire aux sautes d’humeur des patrons de bar bipolaires, vous avez peut être décidé de vous munir d’un groupe électrogène pour jouer en boucle « Smell like Teen Spirit » et « Un jour en France ».

Grand bien vous en fasse, cependant sachez qu’il n’est pas rare que ces petites bestioles ronronnantes se mettent à prendre feu dès qu’elles sont utilisées par des amateurs. Alors, avant d’allumer l’engin, munissez vous d’un extincteur et de beaucoup de courage.

SOLUTION | Montez une fanfare et éloignez vous à tout jamais des choses à moteur qui produisent de l’électricité.

4 - La sono pourrie

Il est bien rare pour un groupe de posséder son propre système de sonorisation, et donc lorsque la fête de la musique approche, les loueurs de sonos se sentent comme les rois du pétrole. Imaginez un peu 2000 groupes cherchant une sono pour le même jour, tous prêts à payer plus cher les uns que les autres pour éviter la honte d’un concert acoustique. C’est exactement ce qui se passe à l’approche du 21 juin. Alors il n’est pas exclu que le jour fatidique, vous puissiez vous retrouver avec un système pourri, à la limite de l’utilisable et un compte bancaire vide. C’est bien triste, mais c’est comme ça.

SOLUTION | organisez-vous avec plusieurs groupes pour partager une sono sur un seul lieu, vous éviterez la pénurie et la flambée des prix.

5 - Le soundsystem d’à côté

Puisque vous aurez réussi à choper une sono pas trop pourrie, vous penserez être tirés d’affaire pour fournir une qualité d’écoute acceptable à votre public urbain. Que nenni ! C’était sans compter sur   la présence de l’usuel sound-system de vingt kilos dans le bar d’à côté. Le volume sonore indécent couvrira l’intégralité de vos notes, et chaque pulsation fera vibrer le sol de telle sorte que vos 13 amplis ne tiendront pas debout plus de trois mesures d’affilée...

SOLUTION | Jouez vos morceaux le plus rapidement possible entre chaque relais de DJ. Au mieux vous pourrez jouez 16 minutes pendant la soirée.

6 - Le matos paralysé

Une des plaies de la fête de la Musique, c’est la durée de l’événement. Si vous êtes le seul groupe ou si vous prêtez votre matos pour tous les groupes sur un emplacement, vous ne pourrez pas quitter des yeux ni remballer votre matériel avant la fin complète de la soirée. En effet, au milieu d’une rue bondée, vous vivrez avec le stress et la peur du vol de votre sac de cymbales, sac évidemment trop lourd et encombrant pour le garder sur vous lorsque vous ne jouerez pas.

Et puisque la rue sera bondée, il vous sera parfaitement impossible de rapprocher votre camion ou voiture pour y charger votre matériel dès la fin de votre set. Vous serez condamnés à attendre quatre heures du matin pour charger en évitant habilement la viande saoule qui jonchera alors les rues de la ville.

SOLUTION | Jjouez sur le matériel des autres groupes.

7 - Le double concert

Forcément, il y a quelqu’un dans votre groupe qui a fait une école de commerce et qui veut à tout prix tout rentabiliser. Pour lui « Fête de la Musique » = «   du public potentiel partout » = « Il faut jouer partout ce soir là ». Vous ne le savez pas encore mais vous détestez ce membre de votre groupe. Nous venons de l’évoquer, se déplacer avec son matériel dans des rues bondées de fêtards est d’une pénibilité sans pareille. Une fois que vous aurez fait votre montage- concert-démontage-parcours-du- combattant- deuxième-montage-deuxième-concert-deuxième- démontage... vous vous rendrez compte de manière assurée que votre corps n’est pas une machine.

SOLUTION | frapper très fort et au visage le membre de votre groupe vous proposant de jouer huit fois à huit endroits différents le 21 juin prochain.

8 - La bagarre de village

On ne va pas se leurrer, « La fête de la musique » a beau être une initiative du ministère de la Culture, ça n’en reste pas moins qu’une gigantesque et nationale fête à la saucisse. Et comme dans tous les rassemblements populaires, à un moment ou un autre, ça finit inexorablement en bagarre de village. En tant que musicien, en plus de craindre la casse de votre matériel par des génies de la castagne, vous apprendrez à chanter en respirant le doux fumet des gaz lacrymogènes.

SOLUTION | si vous avez peur de la bagarre, restez chez vous et buvez un thé.

9 - Les passants qui s’en foutent

Évidemment, si vous décidez de sortir votre habit de lumière le 21 Juin, c’est pour pouvoir offrir votre musique à la foule de mélomanes convaincus qui se bousculent autour des buvettes éphémères. Cependant, il arrivera peut-être parfois que la musique que vous produirez face aux badauds ne trouve pas son public. Vous deviendrez alors un de ces groupes fantômes, inondant les rues de notes pas forcément mal jouées, mais sans doute pas assez convaincantes pour ralentir le pas des promeneurs.

SOLUTION | Ne déprimez pas, amusez-vous, de toute façon les gens ont des goûts de chiottes.

10 - Les relous qui restent

Pire que ceux qui ne prêtent pas attention à votre musique, il y a ceux qui la trouvent vraiment trop géniale et qui vous tiendront la jambe toute la soirée. Dansant dangereusement en faisant des ronds avec les bras juste en face de votre micro, ils effraieront chaque personne qui aurait aimé profiter un peu de votre talent. Les gens qui restent trop longtemps vous feront malheureusement la pire des publicités sur le moment, faisant passer votre concert pour un rassemblement d’ivrognes.

SOLUTION | Lorsque vous détecterez un relou, arrêtez de jouer aussi longtemps qu’il le faudra, jusqu’à ce qu’il aille jeter son dévolu sur le sound- system d’à côté.

Avec plus de 300 concerts à son actif dans toute l’Europe, FX Josset rêve toujours de devenir musicien, malheureusement pour lui, il n’est que batteur. Il noie donc régulièrement son désespoir dans l’écriture, pour être un jour considéré comme un écrivain. Malheureusement pour lui, il n’est que rédacteur de billets de blog.…

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés