Les 10 commandements du concert en ligne / à la maison

Le 14 / 09 / 15

"Bon on vous laisse on doit faire une pause y a le livreur de pizzas qui sonne..."

Vous vous plaignez toujours plus du manque de lieux où jouer, du peu de programmateurs prêts à faire le « pari » de vous engager, de l’uniformisation des affiches de salles et de festivals, on ne peut pas vous donner complètement tort. Parmi d’autres solutions qui cherchent à inventer des nouvelles voies de diffusions, le concert en ligne fait peu à peu son apparition via Youtube, Ustream, Google Hangouts ou le service dedié Stageit. En même temps que d’être un excellent exercice pour les groupes, il est un outil de promotion accessible, et de toute évidence une bonne façon pour les musiciens de rentrer en contact avec des fans actuels et futurs. Les moyens techniques n’ont certes jamais été aussi accessibles qu’aujourd’hui, il en va d’une bonne captation live comme de tout : Il y a quelques trucs à respecter, que nous vous proposons ici.

 

 

1- Se focaliser sur le plus important : le son
En effet, un concert est avant tout une émotion globale, qui se base autant sur ce qui inonde nos yeux que nos oreilles, cependant vous faites de la musique et imaginez un instant ce que donnerait un concert sur le web avec une image correcte et un son dégueulasse ? Aucun intérêt, nous sommes bien d’accord... Donc ne nous méprenons pas, si vous n’êtes pas dans la perfection de l’image ce n'est pas un drame, mais un bon son sera toujours primordial. Concentrez-donc avant tout vos efforts là dessus.
 

 

2- Less is more, surtout quand BLOG12 on a peu de moyens   
Vous pourriez faire une captation live digne des meilleurs studios TV que vous ne seriez sûrement pas en train de lire ces lignes, donc quitte à faire dans l’amateurisme soigné, partez du principe que plus votre set up sera simple, plus il sera maitrisable facilement. Oubliez donc les idées de multipistes, de compressions et de multi-caméras si vous n’y connaissez que peu, un micro (minimum, évidemment) et une mise en scène simple seront vos plus grands atouts si la musique est au point.
 

 

Hmmmm... un brin excessif....

 

 

3- Soigner le décor un minimum
On vous conseille fortement de vous concentrer sur le son, ce qui n’empêche pas de faire quelques efforts sur la forme bien entendu. Qu’il s’agisse d’un pote assez talentueux pour vous lancer façon plateau de télé, un jeu de lumière chiadé, un cadre particulièrement original pour la prise ou un accoutrement réfléchi et soigné, prenez le temps de réfléchir à l’impression que vous voulez donner de votre groupe. Qui dit peu de moyens ne dit pas forcément peu de créativité.
 

 

4- Un bon micro
Tant qu’à faire dans la simplicité, adoptez un bon micro tant qu’à n’en avoir qu’un. Pour faire simple, il faudra par contre jouer presque totalement accoustique car interdiction d'avoir des retours dans un tel système sous peine de "larsener" à tout va, mais en privilégiant un micro à large membrane de type Rode NT2 les petits groupes accoustiques peuvent avoir un très bon rendu. Sinon, privilégier peu de micros mais bien placés, afin de faciliter les prises et le mixage en direct.


 

 

5- Un bon placement de micro
Une fois le micro trouvé, encore faut-il savoir où le mettre. A moins que vous n’ayez un un plan de scène très farfelu, la meilleure source sonore reste pour le spectateur, donc faites quelques essais en partant du principe qu’une balance naturelle satisfaisante devrait se trouver face au groupe, en milieu de scène dans la largeur, le tout positionné à quelques petits mètres de vous, comme si quelqu’un du troisième rang tenait le micro.
Si vous faites dans l’acoustique pure, voix comprises, on optera plus volontiers pour un plan de scène en cercle avec un micro au centre. Cela posera le problème d’une caméra, mais on en revient au point numéro 1.
 

 

6- Un bon soundcheck
Qu’il s’agisse de concert en ligne, de répèt ou d’une date à l’Olympia, un bon son commence toujours pas des instruments accordés, qui sonnent acoustiquement, et une balance de groupe faite de façon uniforme. N’hésitez pas à poster quelqu’un là où se trouve le micro pour faire quelques petites retouches, au cas par exemple où votre grateux joueraient (encore) trop fort ou que le violoncelle soit complètement isolé…
 

 

7- Un bon niveau d’entrée
Une fois votre micro connecté, votre logiciel ouvert avec une piste vierge prête à être marquée du sceau de votre magie sonore, jouez les passages les plus doux et les plus énervés de votre répertoire, afin de trouver le meilleur volume d’entrée en fonction de votre spectre sonore et de la dynamique de tout votre set. Vous ne le réglerez en effet pas de la même manière si vous êtes plutôt pop acoustique que metal symphonique.

 

 

Paaaaaas bieeeeeen...

 

 

8- Un technicien attitré
J’eus pu mentionner cela plus tôt, mais tout le monde ne peut pas s’improviser ingé son, et si vous lisez ces lignes c’est sûrement que vous n’en êtes pas un, donc à défaut d’un pote qui s’y connaît vraiment en réglage de potards, demandez à une personne extérieure au groupe de s’équiper d’un bon casque fermé et de jouer le rôle de l’ingé, en lançant et en clôturant la session, et en veillant surtout à ce que l’enregistrement se fasse bien, sans qu’il n’y ait de saturation ou de problèmes techniques quelconques avec le logiciel.
 

 

 

9- Vous préparer comme un concert classique
Ce qui est peu évident car cela ressemblera plus à un gig dans une salle vide qu’à l’adrénaline de quelques applaudissements au moment ou vous montez sur scène. Donc à moins que vous ne soyez un grand habitué des salles parfaitement vides ce que l'on ne vous souhaite pas, l’exercice risque d’être un peu perturbant. Faites donc un ou deux essais, voire filages complets du concert histoire d’avoir les bons repaires. Mettez-vous en conditions personnellement et collectivement comme avant n’importe quel show, et convenez avant le top départ de savoir si vous allez parler ou non et quand, histoire de rendre les choses un peu fluides.

 

 

10- Visionner, analyser et diffuser
C’est peut-être ce qui sera le plus difficile à faire car peu de monde aime se (re)voir à travers un écran. Mais vous ne vous êtes pas donnés tout ce mal pour juste balancer le live sur la toile et en attendre des retombées. Donc repassez vous la bande entre vous, prenez des notes, discutez du fond et de la forme, et prenez cela en compte pour les prochaines échéances. Ensuite, faites la promo du concert à fond, sachant que vous pourrez aussi vous resservir de cet outil pour vos prochains démarchages, promos et bonus à filer sur vos sites web et tables de merch.

 

 

 

Vous n’avez pas internet ? Vous n’avez pas de groupe ? Criez votre désarroi en commentaires de l'article ci-dessous, en nous contactant sur le blog par ici, ou en questionnant directement l'auteur par là.  

 

 

L'auteur : Cousin Cool se situerait dans la carrière musicale entre Père Castor, Cousin Machin et Daddy Cool. 30 ans qu’il traîne sa carcasse barbue dans les salles et les studios en tant que bassiste, ingénieur du son et régisseur. Du nord au sud de l’Europe, de l’est à l’ouest de l’Amérique, Cousin Cool a bossé avec les plus grandes divas comme avec les pires crasseux. Dans la famille Cool, il n’a jamais été père ou a refusé de le(s) reconnaître. Mais chez les Cool, on est dans le son de la tête au pied, de père en fils depuis une génération, et peu importe si celui de Cousin l’a abandonné à la naissance. De cela comme de tout sauf du son, Cousin se fout complètement et on le lui rend bien.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés