Comment l'industrie du disque peut-elle concurrencer la gratuité ?

Le 12 / 09 / 12

Emily White nous donne sa vision

Emily White fait partie de ces personnalités de l’industrie de la musique dont l’expérience et l’expérimentation passionnent le milieu. Emily White, tour à tour manager des Dresden Dolls et d’Amanda Palmer, puis des Family of the Year, gère aujourd’hui les carrières de Sydney Wayser, GOLD MOTEL, The Big Sleep ou encore Brendan Benson. Nous vous proposons aujourd'hui la traduction d'un de ses articles publié sur le blog du MIDEM la semaine dernière.

Un article du site Q The Music a récemment porté mon attention sur le sujet de la gratuité. Dans la même veine, le débat "Emily White" (l’autre, pas moi) m'a rappelé plus que tout ce que nous sommes en concurrence avec la gratuité. Une discussion passionnée et virulente éclabousse la toile, tout ça pour un petit billet sur le blog d’une stagiaire de NPR, dans lequel elle expliquait qu'elle n'avait jamais acheté un disque de sa vie.

Comme si nous avions oublié le fait que nous sommes en concurrence permanente avec la gratuité dans le domaine de la diffusion (et la vente) de musique enregistrée jusqu'à ce que la petite Emily White nous le rappelle - nous l'avions balayé sous le tapis et il a fallu une étudiante universitaire de 20 ans pour allumer le débat autour de la musique évoluant d'un support physique vers un support immatériel.

En tant que représentants d'artistes, nous devons tirer le meilleur parti des outils, des ressources et des sources de revenus qui sont à notre disposition. En tant que manager d'artistes, je ne gagne pas d'argent quand mes artistes n’en gagne pas non plus. Il existe de nombreuses façons de tirer des revenus de la musique enregistrée, de la synchronisation, aux droits d’auteur en passant par la vente de merchandising. Par conséquent, c’est à nous (et aux artistes) d’être les plus créatifs possible afin de profiter de ces sources de nouveaux revenus en plus des revenus de vente de musique au détail physiquement et numériquement.

Personne ne parlait de crowdfunding il y a encore cinq ans, tout simplement parce que les sites proposant ce service n'existaient pas.

Maintenant, les artistes ont le choix entre Kickstarter, Musique Pledge, Indie Gogo ou autre pour aider à lancer une campagne de financement direct-to-fan .

Y avait-il un label bénéficiant d’outils aussi performants en terme de statistique et de connaissance d'audience quand l’un de mes clients, Brendan Benson, est entré dans l'industrie musicale dans les années 90? Non !

Mais maintenant grâce aux statistiques de Facebook, je peux voir instantanément qu'il a un large public au Brésil, que je n'aurais pas connu sans Internet. Et au lieu de vendre ses droits à un label, nous avons pu construire une modèle économique autour de Brendan et de sa musique afin qu'il puisse continuer à faire de la musique tout en gardant la grande majorité des revenus associés.

Notre industrie s'est trompé dès le départ quand la musique est devenue numérique.

Shawn Fanning, fondateur de Napster, aurait pu être le leader de ce qui est la prochaine étape, en créant un modèle d’inscription pour du téléchargement.

Mais non, nous avons décidé de le poursuivre à la place. Et maintenant, nous devrions être surpris que les fans aient continué de télécharger de la musique sur leur propre initiative après la fermeture de Napster ?

Il est clair que c'était un service que le public aimait, et qu'au lieu de le monétiser, l'industrie de la musique a décidé de le tuer.

Plus d'une décennie plus tard, nous commençons à bien faire les choses. Je suis une grande fan de Rdio, et je suis impatiente de voir comment les industries du cinéma et de la télévision vont évoluer à mesure que le streaming devient plus fort grâce à la technologie et à la demande du public.

Mike Masnick de Techdirt le signale dans l'article Q, en disant que le cas de MegaUpload pourrait effectivement aider l'industrie de la musique: «Il faut constater que si Kim Dotcom a si bien réussi et est capable de profiter largement du droit d'auteur d'autres personnes, c’est qu’il y a dans le streaming une opportunité commerciale frappante pour les détenteurs de droits d'auteur. "

De toute évidence, la législation ne va pas arrêter le comportement humain. Le processus d'élaboration des lois prend trop de temps et ces lois sont généralement à la traîne derrière les évolutions technologique à leur mises en place.

De l’interdiction de la vente d’alcool aux mineurs, à celle d'usage de drogues, les lois ne n'ont jamais stoppé les comportement que les hommes approuvent.

Il revient donc à nous, communauté créative, de continuer à faire de la bonne musique de manière durable. Brendan Benson gagne de l'argent sur son dernier album (en particulier sur celui-ci) et nous connaissons ses fans, ce qui signifie qu'il peut continuer à gagner de l'argent en faisant de la musique pour le reste de sa vie.

Le débat n'est pas tranché comme beaucoup le pensent. Il n'est clos par la publication de lois sans fin, et l'on ne doit pas se reposer fermement d'un côté ou l'autre de la «barrière».

La technologie a contribué à diffuser de l’information et parfois catalyser des mouvements révolutionnaires au Moyen-Orient, sous l'impulsion de gens ordinaires désormais capables de communiquer avec l'autre instantanément. Mais elle a aussi créé la musique gratuite, ce qui signifie que les artistes doivent s'efforcer de créer encore plus et, avec leurs équipes, doivent communiquer ce qu'ils font aussi clairement que possible directement vers leurs fanbases sous tous les angles possibles .

Oui, ça fait beaucoup de bruit car avec le prix de la technologie d'enregistrement à la baisse, il y continuera à avoir encore plus de musique créée.

Le point de vue du fan évolue lui aussi, car là ou il n'était « que consommateur » il y a quelques années, il est désormais de plus en plus intégré au processus de production dans l’interaction avec ses artistes préférés.

Ces fans auront désormais plus de pouvoir et de choix que jamais, ce qui signifie que les artistes de toutes tailles peuvent prospérer - nombreux sont ceux qui prospèrent déjà - et que les artistes peuvent avoir à collaborer au-delà de simplement sortir des albums. Bien sûr, ce n'est pas l'idéal pour tout le monde, mais c'est la réalité.

À l'époque du classique, les musiciens étaient souvent sous-payés. Dans l'ère post-Beatles, les sociétés étaient généralement payées avant l'artiste. A l'aube de l'ère du numérique et de la désintégration de l'industrie de la musique traditionnelle, les artistes sont à nouveau le point focal, et ils ont besoin de notre aide plus que jamais

N'est-il pas intéressant de pouvoir les guider ?

Nous sommes ici pour faciliter une nouvelle ère et faire preuve de créativité au-delà du simple fait de dépenser de l'argent pour voir ce qui marche comme c'était encore le cas il y a quelques années. C'est un nouveau monde dans tous les domaines, de la musique seule à la façon dont la technologie a façonné nos vies comme un tout. Pour ma part, je suis honoré de faire partie de ceux qui aident les artistes à continuer d'évoluer et aller de l'avant.

Ils ne vont pas cesser de créer dans un avenir proche, alors pourquoi devrions-nous arrêter de les aider à distribuer de la musique et du contenu partout dans le monde pour le plus grand plaisir de tous ?

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés