A quel âge meurent les musiciens ? Fantasme et études scientifiques autour du "club des 27"

Le 13 / 04 / 15

“Tu veux être une légende ? Commence donc par mourir à 27 ans…"

Une étude américaine récente partiellement parue sur le site The Conversion s’attarde sur un sujet éminemment intéressant : la mort. A travers l’étude de l’âge auquel nombre de musiciens connus ont péri, Dianna T. Kenny, docteur en psychologie et musique à l’Université de Sydney, dresse des conclusions étonnantes, que nous vous offrons ici avec la traduction des passages les plus intéressants de l’article original. Qu’ont donc en commun Otis Redding, Gram Parsons, Nick Drake, Jimmy McCulloch, James Ramey (aka Baby Huey), Bryan Osper et Jon Guthrie ? Et qu’en est-il d’Alan Wilson, Jesse Belvin, Rudy Lewis, Gary Thain, Kristen Pfaff, Ron “Pigpen” McKernan, Pete de Freitas, Raymond “Freaky Tah” Rogers, Helmut Köllen et Linda Jones? Et enfin quid de de Tim Buckley, Gregory Herbert, Zenon de Fleur, Nick Babeu, Shannon Hoon, Beverly Kenney et Bobby Bloom? Ce sont tous des BLOG18 musiciens pop. Ceux aui apprtiennent au premier groupe sont décédés à 26 ans, ceux du second à 27 et ceux du troisième à 28. Parmi une population de musiciens qui s’étend des années 50 aux années 2010, 1,2% sont morts à 26 ans, 1,3% à 27 ans et 1,4% à 28 ans. L’âge le plus fréquent auquel cette population trouve la mort est 56 ans, avec 2,2%. Les plus connus de ce triste sont chiffres sont Eddie Rabbitt, Tammy Wynette, Mimi Farina, Johnny Ramone, Chris LeDoux, Vandy “Smokey” Hampton, et Charles “Baby” Tate. Ci-dessous se trouve une représentation visuelle du pourcentage de décès à chaque âge : La question est donc : pourquoi n’y a-t-il pas un « club des 56 » ou des 28, alors qu’il y a un mondialement connu « club des 27 » ? Est-ce parce que Brian Jones (noyade), Jimi Hendrix (overdose), Janis Joplin (overdose), Jim Morrison (overdose), Kurt Cobain (suicide) et Amy Winehouse (empoisonnement à l’alcool) sont tous morts à 27 ans ? Claaaaasse. Ils étaient tous des esprits bien torturés qui avaient atteint une sorte d’apogée artistique et médiatique et sont morts tragiquement à leur zénith. Alors peut-être pourrait-on simplement rebaptiser ce groupe par « Les Six Tragiques », ou peut-être les sept si l’on inclut Robert Johnson ? Il y a évidemment bien d’autres musiciens qui ont péri à 27 ans, ils étaient précisément 137 dans la population prise en compte, alors… Alors l’idée du « Club des 27 » s’st répandu dans l’imaginaire collectif via des livres sur le sujets comme le livre biographique d'Howard Sounes sur les six personallités citées précédemment, l'ouvrage de Sarah Milne à propos des musiciens décédés à 27 ans, et le traité plus tendance de Michael Owen sur la signification de cette fameuse 28ème année, qui va de pair avec la fascination médiatique pour cette histoire. Janis Joplin. Columbia Records - Billboard. Licensed under Public domain via Wikimedia Commons. Pour autant d’autres études comme celles d’Eric Segalstad, de Martin Wolkewitz ou la mienne, amènent à la même conclusion que la barre des 27 ans ne constitue pas un âge auquel le risque de mourir lorsqu’on est un musicien célèbre est plus élevé. Nonobstant, toutes ces études ont identifié un risque accru de mort pour les musiciens connus pendant leur jeunesse que pour le reste de la population. Les tailles et les études des échantillons varient en fonction des travaux mais les conclusions se rejoignent, comme dans mes récentes recherches, pour affirmer que les musiciens professionnels meurent plus jeunes que la population globale. Wolkewitz et ses collègues ont étudié un panel de 1,046 musiciens dont l’album a été numéro des ventes au Royaume-Uni entre 1956 et 2007, et a défini que que le ratio de morts pour 100 musiciens à l’age de 27 ans (0.57 morts) était le même que pour d’autres âges : 25 (0.56 morts) et 32 (0.54 morts). Ils ont conclu qu’il n’y avait pas de pic de risque à 27 ans, mais ont par contre noté une tendance 2 à 3 fois supérieure du risque de décès entre la vingtaine et la quarantaine par rapport au reste de la population. Je voudrais maintenant donner un peu de réconfort à ceux qui pourraient regretter cette soudaine disparition du « Club des 27 ». Car il semble tout de même y avoir des points communs entre ceux qui appartiennent à ce fameux club, qui les démarquent de nombreux autres jeunes musiciens pop décédés dans leur jeunesse, et qui peut d'une certaine façon aider à comprendre comment ce club est entré dans la psyché de la culture pop mondiale. Jim Morrison. SongLyrics Ces qualités sont sans conteste : un talent exceptionnel, la contribution à de véritables révolutions des genres musicaux, une douleur psychologique intense et reconnue, une mort sordide à leur apogée, ainsi qu’une forme de postérité unanimement reconnue (chacun d’eux est devenu un personnage culte de la grande Histoire Musicale). Jimi Hendrix a été décrit dans le magazine Rolling Stone comme « le plus grand guitariste de tous les temps [...] une des plus grandes figures culturelles des années soixante, un enfant du vaudou psychédélique (« psychedelic voodoo child «) régurgitant des nuages ​​de distorsion et de cannabis. Sa virtuosité inimitable à la guitare électrique a reçu l’hommage suivant l’hommage suivant dans le Rock & Roll Hall of Fame : « Hendrix a amené la guitare électrique dans des zones qu’aucun musicien n'avait jamais osé approché auparavant. Sa dynamique inimitable, sa capacité technique et l'application créative d'effets comme la wah-wah et la distorsion ont à jamais transformé le son du rock and roll. » Janis Joplin, “la plus grande chanteuse de blues de tous les temps”, a été couronnée “Première Dame” et “Reine” du Rock and Roll. Elle est morte deux semaines seulement après Hendrix. Bien que la cause officielle du décès était une surdose d'héroïne, Janis est tombé dans un “gouffre de solitude tourmentée”. Et puis, «la vie a disparu. Et la légende est née". A peine un an plus tard, en 1971, le charismatique Jim Morrison a quitté la scène de la musique mondiale de la même façon. En raison de la proximité de ces trois décès, le noyau de l'idée d'un « Club des 27 » est né. Brian Jones (mort en 1969) et Robert Johnson, "King of the Delta Blues Singers" (1938), sont devenus membres rétrospectivement, tandis que Kurt Cobain (1994) et Amy Winehouse (2011) ont renforcé l'idée plus près de nous. Immortalisé dans la mort, une statue statue grandeur nature en bronze d'Amy Winehouse a récemment été dévoilée à Londres. Et au delà de ces considérations sur le club le plus connu de l’histoire de la musique, d’autres éléments statistiques compilés dans le tableau ci dessous font état de conclusions plus ou moins surprenantes : - Contrairement à ce qui prévaut dans la population totale, ces dames décèdent à peu près au mêmes âges que ces messieurs. - Sauf Blues, jazz, world et hip hop, les femmes meurent même plus précocement dans tous les autres styles de musique pratiqués. - Il vaut mieux jouer du jazz et du blues pour vivre vieux (65 ans en moyenne) - Il vaut mieux jouer du metal ou du hip hop si l’on souhaite mourir jeune (entre 30 et 35 ans !!) Alors, vous changez de style de musique ?

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés