10 trucs débiles à faire comme les stars quand on est pas connus

Le 01 / 12 / 14

"Quand sort notre prochain album ? Attends notre conf de presse man..."

Si vous trouvez que les superstars de la musique s’autorisent des trucs que vous ne pourrez jamais envisager en tant qu’humble musicien de seconde zone, bien que pétri d’amour pour la mélodie, et bien détrompez-vous. Il y a plusieurs choses que vous pouvez envisager de faire avec votre groupe, au même titre que les plus connus de la planète musicale. Certains trouveront ça déraisonnable, exagéré, voire complètement débile et ils auront tout à fait raison. Mais comme il y a aussi de quoi bien se marrer on se lance.

1 - Sortir un best of

Vous n’êtes personne ou presque. Ok. Mais vous vous en foutez et vous faites bien. Alors pourquoi ne pas sortir une bonne vieille compilation de vos meilleurs morceaux, et ce même dès le deuxième album, ou même carrément dès le premier ?? En plus si vous avez des potes DJs ou bidouilleurs de pistes, vous pouvez leur confier des morceaux a remixer pour caler un deuxieme volume d’exclus avec ledit best-of.

La justification qui tue : si certains ne comprennent pas votre démarche, dites que vous l’avez fait « sous la pression de la maison de disque » . Les gens ne sont pas forcément censés savoir que vous n’en avez aucune.

Yes Carlos...

 

2 - Jouer à l’Olympia

Pour ceux qui ne le sauraient pas, la plupart des grosses salles parisiennes n’ont pas de programmateur mais uniquement des sociétés de productions qui les louent à ceux qui sont capables de les payer (compter une vingtaine de milliers d’euros tout de même pour le petit club de Coquatrix).

La justification qui tue : tout s’achète dans ce bas monde, donc achetons le succès ou au moins la salle qui va avec. Et achète mon album tiens, en parlant d’acheter… Vas-y. Achète.

 

3 - Reformer son groupe

Ben ouais alors, pourquoi les reformations ultra médiatiques de groupes mythiques ayant fini par se coller des procès si ce n’est des baignes, serait-il l’apanage des seules stars de ce métier ? Vous n’avez pas joué avec votre groupe de lycée depuis dix ans, parfait, annoncez votre reformation et préparez une tournée d’anthologie dans les lieux traversés à l’époque. Comme on se revoit le Chiquita...

La justification qui tue : vous avez craqué face aux demandes incessantes d’une dizaine de fans hardcore qui sollicitaient ce « Revival Tour » depuis déjà cinq piges.

 

4 - Faire des conférences de presse

Pour annoncer toutes ces bonnes nouvelles, quoi de mieux que de solliciter la presse afin de relayer au mieux le divin message. Les stars ont Les Inrocks, Paris-Match et les palaces des Champs-Elysées ? Qu’importe, vous vous avez le Courrier Picard, le fanzine Megazic, et la petite salle du Balto à Bohain-en-Vermandois, votre bar préféré pour organiser cet évènement majeur de votre actualité médiatique.

La justification qui tue : vous aviez pas mal envie de boire des bières entre potes.

5 - Clasher d’autres groupes connus

Booba et la Fouine vous inspirent par leurs talents de comiques troupiers ? Soit, vous pouvez tout à fait mettre à profit leurs trouvailles géniales pour vous trouver un bouc-émissaire musical, si possible inoffensif. Si ceux que vous vous apprêtez à attaquer ont vraiment du talent et sont plus costauds que vous, faites vraiment comme les stars, mettez tout ça en place avant en discutant tranquillement avec eux et ensuite lancez la mascarade des attaques médiatiques. Un truc du type : "le leader des Bronzés Font du Ska est en fait fan de Zaz et sait à peine jouer un contre temps, en plus sa mère l’oblige depuis tout petit à écouter Francois Valery en lui demandant de "l'aimer vivant"..."

La justification qui tue : c’est ces grobâtards qu’ont commencé. C’est sûr. 'Speces de grobâtards...

 

6 - Remporter des récompenses

Au jeu des titres honorifiques et des remises de prix dorés, pourquoi seuls ceux qui ont connu le succès auraient droit à des distinctions, hein, pourquoi ?
Alors à vous d’inventer les vôtres, et de vous les remettre avec solennité. Si vous n’avez aucune imagination, pourquoi pas le disque de mousse, reçu après votre centième exemplaire vendu ? Ou le titre prestigieux de "meilleur groupe de sa génération" de votre quartier ?

La justification qui tue : c’est parce que c’est plus vendeur quand on met le petit sticker sur l’album.

 

7 - Avoir des groupies

Evidemment, qui dit succès dit hordes de fans prêts à se jeter à vos pieds dans l’espoir d’arracher un de vos lacets à coups de dentier. Vous aussi, vous aimeriez sortir de vos concerts avec un mannequin à chaque bras ? Et bien sachez que c’est possible. Car finalement c’est comme l’Olympia, tout s’achète pour peu qu’on y mette le prix…

La justification qui tue : c’est des prostitués con-sen-tantes, ok ?!

8 - Jouer a l’étranger

Dans la même veine, jouer à Kuala Lumpur, Doha, New York ou Berlin vous semble hors de portée ? Détrompez-vous. Vous n’êtes pas obligés de préciser le lieu du concert sur vos réseaux sociaux, alors même que dans les faits vous débarquez avec votre guitare en bandoulière au beau milieu de vos vacances, pour pousser la chansonnette dans un rade pourri de Brooklyn.

La justification qui tue : les grosse salles ça manque de contact avec le public.

How are you San Francisco ? On vous entend pas ????

 

9 - Faire une tournée des plus gros festivals

Quel musicien n’a jamais rêvé d’enquiller les dates les plus folles qu’on puisse accrocher dans une tournée estivale ? Les Vieilles Charrues, Les Eurocks, Dour, Sziget, Rock en Seine, etc. tous ces gigs sont à votre portée, et vous pouvez créer un beau flyer en annonçant toutes ces dates. Ensuite embarquez en bagnole avec vos potes et improvisez un concert dans tous ces hauts-lieux de la fête estivale. Mon meilleur conseil est de vous incruster dans les campings des festivaliers, histoire de toucher le plus de public possible. Et hop, à vous de surfer sur la vague de cette tournée mythique par la suite.

La justification qui tue : on a vu de la lumière (et on a entendu du son), alors on est rentrés.

10 - Séances de dédicaces

C’est pas parce que personne ne veut votre signature qu’il ne faut pas la donner. Ainsi, dès que vous devez signer de façon obligatoire (chez le banquier, au boulot ou au sortir d’un commissariat), prenez vous en photo avec la personne à qui est destinée la signature et postez le en prétendant que c’est un fan, ça n’en sera que plus crédible.

La justification qui tue : la Société Géniale faisait une promo sur les cartes visas pour le compte de l'asso du groupe, alors on s'est pris en photo avec tous les gens de l'agence...

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés